Écoles Montessori

Interview : “J’ai ouvert une école Montessori”

 

Aujourd’hui, j’ai décidé d’interviewer Karine Burns, une de mes amies qui vient d’ouvrir une école Montessori (rentrée 2017) à Chatenay-Malabry, en région Parisienne. J’ai rencontré Karine lors de ma deuxième formation à l’Institut Supérieure Maria Montessori de Paris et ai tout de suite été super emballée par son projet. J’ai suivi Karine jusqu’à l’ouverture de l’école en septembre et maintenant que la pression de la rentrée est retombée, elle a bien voulu répondre à quelques questions.

 

Je vais d’abord vous rappeler ce qui fait la particularité d’une école Montessori.

C’est avant tout un lieu où l’enfant est acteur de son éducation, il est respecté en tant que personne égale aux adultes. L’adulte n’est pas là pour enseigner à l’enfant mais pour l’accompagner dans la découverte des différents apprentissages. Je m’explique, l’éducateur présente un matériel à un enfant avec des gestes et un but précis puis laisse l’enfant libre d’expérimenter, de s’exercer, de répéter autant de fois qu’il en éprouve le besoin ou de simplement laisser ce matériel de côté s’il n’est pas intéressé pour le moment.

On retrouve un mélange des âges dans chaque classe : de 2 à 3 ans pour la communauté enfantine, de 3 à 4 ans pour la maison des enfants, de 6 à 9 ans puis de 9 à 12 ans pour l’école primaire.

Les éducateurs et éducatrices sont formés à la pédagogie Montessori.

Chaque chose est conçue pour correspondre à la taille de l’enfant et répondre à son stade de développement. L’enfant a le libre choix d’activité, le matériel est en libre accès et une fois qu’il lui a été présenté, il peut l’utiliser quand et aussi souvent qu’il le souhaite. Le matériel est le même que celui créé ou apporté par Maria Montessori dans les écoles qu’elle a ouvertes lors de son vivant et il n’est présent qu’en un seul exemplaire par classe.

 

Et maintenant je laisse la parole à Karine

Peux-tu te présenter rapidement ?

Je m’appelle Karine, j’ai 38 ans. J’ai passé plus de 10 ans en finance d’entreprise dans des grands groupes en France et à l’étranger. J’ai reçu une éducation on va dire “Classique” que ce soit à la maison ou à l’école.

 

Quand et pourquoi as-tu décidé d’ouvrir une école Montessori ?

Je voulais avant tout une bonne école pour ma fille de 3 ans. J’ai d’abord cherché une école bilingue anglaise car mon mari est anglais et c’est vraiment important pour moi qu’elle sache parler cette langue. Après, Montessori, je dois t’avouer qu’il y a 2 ans je ne connaissais pas ! C’est ma belle-mère en Angleterre qui m’en a parlé la 1ère fois. Mais dans le sud du 92 où nous sommes, nous n’avions pas d’école Montessori. Et quand je suis entrée pour la 1ère fois dans une école Montessori (celle de Sèvres), j’ai eu LA révélation ! Je me suis vraiment dit que c’est ce que je voulais faire !

 

Combien de temps cela t’a pris pour monter ton projet ?

Un peu moins d’un an. J’ai d’abord suivi le séminaire des créateurs d’écoles organisé par la FEM21 en septembre 2016. Et j’ai été accompagnée pendant 1 an par Simone Hammer, la présidente de la FEM21 sur le long chemin qu’est une ouverture d’école.

 

Ton école a une particularité, elle fait partie de la fédération Montessori 21. Peux-tu nous en dire plus ?

Les écoles Montessori 21 sont les écoles Montessori pour le 21ème siècle. Nous retrouvons dans nos écoles une mixité sociale, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans les autres écoles Montessori dont le prix moyen à Paris ou en région Parisienne est de 650 euros par mois et par enfant. Aujourd’hui, dans ces écoles on ne retrouve qu’un microcosme privilégié de la population. Maria Montessori a débuté son travail il y a un siècle avec des petits enfants de la rue qui n’étaient pas scolarisés. Nous voulons donc revenir aux sources de la pédagogie. L’idée est de donner la même chance à un enfant de 3 ans d’accéder à une pédagogie d’excellence qu’il vienne d’une famille d’un milieu modeste ou d’un milieu aisé. Nos tarifs sont adaptés aux quotients familiaux afin que le “taux d’effort” soit identique dans chaque tranche tarifaire.
Nous avons aussi un projet de co-éducation dans nos écoles : nous sommes des écoles participatives. Ce qui signifie que les parents viennent aider 2 heures par semaine pendant le temps du midi, la garderie ou autre. L’idée est que le parent qui entre dans l’école, apprenne les “codes” Montessori (nous formons nos parents) et que l’enfant ait les mêmes repères à la maison et à l’école. C’est aussi très motivant pour l’enfant de voir son papa ou sa maman aider dans son école.
Nos écoles sont également solidaires. Chaque famille verse 30 euros par mois et par enfant, ce qui permet de constituer une bourse solidaire qui est attribuée en début d’année à des familles en début de tranche par exemple et qui serait un peu pénalisées par le tarif de la tranche. Ou accompagner des familles aux bas revenus pour les aider à payer la garderie…

 

Combien y-a-t-il de classes et d’enfants dans ton école ? Quels âges ont-ils ?

Nous avons deux ambiances 3-6 ans, avec pour le lancement de l’école une trentaine d’enfants de 3 et 4 ans répartis dans chaque ambiance. L’école va grandir sur 3 ans avec les enfants afin de prendre le temps de mettre en place la pédagogie Montessori de façon à ce que le mélange des âges se mette en place progressivement.

 

Quels sont les conditions et tarifs pour inscrire son enfant dans cette école ?

Nous recrutons des “familles” et pas juste un enfant. Nous sommes une école participative, les parents s’engagent à venir aider 2 heures par semaine (le papa ou la maman). Toutes les familles, mêmes les plus aisées, sont concernées. En rendez-vous individuel, nous évaluons la motivation des parents et l’adéquation entre leur projet et le projet pédagogique de l’école.
Les tarifs vont de 90 à 950 euros par mois et par enfant.

Cliquez pour visiter le site des écoles Montessori 21

 

Quels ont été tes critères pour choisir les éducateurs avec lesquelles tu travailles ?

Nous avons rencontré une soixantaine de candidats ! Nous avons fait tout d’abord des entretiens groupés avec la FEM21 et les directeurs des autres écoles du réseau Montessori 21. Ensuite, en fonction de nos affinités respectives et celles du candidat par rapport au secteur géographique notamment, nous avons revu les candidats en entretien individuel. Dans chaque ambiance nous avons deux éducatrices, une francophone et une anglophone. Nous avons donc organisé des rencontres entre binômes afin que les éducatrices se “choisissent” mutuellement. Car c’est un peu comme le papa et la maman à l’école, l’entente entre les deux éducatrices est primordiale.

 

J’entends énormément de parents se plaignant du prix d’inscription pour les écoles Montessori. Peux-tu nous expliquer pourquoi ce mode de scolarité coûte cher ?

Effectivement la pédagogie Montessori n’étant pour le moment pas reconnue par l’éducation nationale, nous sommes des écoles privées hors contrat. Nous n’avons aucune subvention. Ce sont les frais de scolarité des familles qui couvrent l’ensemble des dépenses de l’école, notamment les salaires des éducatrices, l’achat du matériel, le loyer, les charges…

 

As-tu autre chose à dire que j’aurais oublié de te demander ?

Je pense qu’il est important de rappeler aux familles les critères d’une école Montessori. Il existe aujourd’hui beaucoup d’écoles de ce type dont certaines sont “d’inspiration” Montessori. Si les parents recherchent une “vraie” école Montessori, voici les questions à poser à la directrice : Combien d’éducatrices sont formées par l’AMI (Association Montessori Internationale) ? Avez-vous tout le matériel Montessori ? Avez-vous le mélange des âges des enfants ? Quel est le programme d’une journée type ? Le temps de travail continu est-il d’au moins 2H30?

 

Pour finir j’aimerais que tu nous racontes comment s’est passée cette première rentrée ?

Bien ! très très bien même! Les enfants nous donnent une telle énergie ! Et commencer sa journée par des câlins et des bisous d’enfants procure un tel Bonheur ! Nous avons eu un très bon accueil de la mairie de Châtenay-Malabry, les parents ont vraiment compris le projet de l’école. Chacun amène une couleur afin que l’école soit encore plus jolie !

Je te remercie beaucoup Karine pour avoir pris le temps de nous éclairer un peu plus sur la pédagogie Montessori et d’avoir répondu à mes questions.

J’espère que cette petite interview aura répondu aux questions que vous vous posez, vous aura donné envie de vous renseigner d’avantage en allant frapper à la porte d’une école Montessori dans votre région ou même aura réveillé chez vous une envie de reconversion comme Karine, qui sait ? 🙂

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires, je vous répondrais avec plaisir. Sur ce, profitez-bien de vos enfants, un jour ils seront grands ! 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 16
    Partages

8 thoughts on “Interview : “J’ai ouvert une école Montessori”

  1. Bonjour Flora,

    Merci pour cet interview très intéressant. Je ne connaissais pas Montessori 21 mais j’aime les valeurs que l’association partage et le fait de vouloir donner sa chance à chacun.

    Bonne continuation à toi et à Karine pour ce super projet 😀

  2. Très intéressante cette interview. Montessori21 est un concept plein d’avenir ! Et qui est en réelle cohérence avec les bases de cette belle pédagogie. Merci pour cette super interview !! Cyrielle 🙂

  3. Bonjour,
    Merci pour toutes ces informations !

    J’ai toujours été intéressée par la méthode Montessori. Je le suis encore plus aujourd’hui en tant que jeune maman. Je viens d’emménager à Châtenay Malabry sans savoir qu’il existait cette école ici. J’espère inscrire mon fils à ses 3 ans ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.